Les menteurs

Publié le par Ez3kiel

http://www.editionsintervalles.com/IMG/cache-151x250/arton112-151x250.jpgde Anthony Neilson

Éditions Intervalles

ISBN : 978-2-916355-73-3

Prix : 14€

 

Quatrième de couverture :

Il reste une tâche à accomplir aux agents de police Blunt et Gobbel avant de terminer leur travail en cette veille de Noël : annoncer à un couple de retraités une nouvelle atroce. Mais si ces derniers ne supportaient pas un tel choc ? Et s'il était préférable qu'ils ignorent la vérité ? Déjà peu enclins à s'acquitter de leur tâche, nos deux compères ne s'attendaient pas à se retrouver au milieu d'une chasse à l'homme et à devoir en venir aux mains avec un prêtre aux curieuses habitudes vestimentaires et avec un chien non-identifié.

Burlesque, trépidante, n'épargnant personne sur son passage, la farce d'Anthony Neilson est comme une synthèse hystérique entre Le Père Noël est une ordure et En attendant Godot.

 

 

J'attendais avec impatience l'arrivée du livre pour lequel je devais rédiger une chronique dans le cadre du dernier Masse Critique de Babelio.

En ouvrant le paquet, j'ai tout de suite un peu déchanté...

J'avais choisi ce livre après avoir lu sa présentation sur le site (la quatrième de couverture) en me disant que je passerai un bon moment de détente (la référence à la synthèse hystérique entre le Père Noël est une ordure et En attendant Godot, y était pour beaucoup).

Le bandeau sur la couverture m'a tout de suite mise dans l'ambiance ; on y voit un duo de comiques que j'apprécie plus ou moins... aïe, aïe, aïe, qu'est-ce que c'est que cette histoire ?

J'ouvre le bouquin : une pièce de théâtre ; de mieux en mieux, car ça n'est vraiment pas ma tasse de thé.

Mais bon, passant sur mes a priori je commence la lecture et termine laborieusement le livre.

Laborieusement, car j'avoue m'être ennuyé d'un bout à l'autre de sa lecture (et pourtant je suis habituellement plutôt bon public).

Deux policiers qui doivent annoncer une triste nouvelle à un vieux couple, la mort de leur fille, dont la femme perd complètement la tête, dit n'importe quoi et montre ses fesses (ce qui doit censé être amusant je suppose)... le quiproquo qui s'ensuit (le vieux couple pense que c'est leur chienne qui est morte), l'arrivée d'un prêtre dont on se demande ce qu'il ajoute à l'histoire, une manifestante qui cherche un pédophile pour lui faire sa fête (apparemment ça pourrait être le prêtre ? !), sa fille qui cherche son chien... bref une galerie de personnages qui débarquent comme des cheveux sur la soupe, sans aucune cohérence et sont tous plus lourds les uns que les autres !

Il n'y a aucune action, pas vraiment d'intrigue, l'histoire tourne en rond sur des jeux de mots sans panache, des situations d'une lourdeur affligeante et une chute... pitoyable. Je ne crois même pas avoir souri une seule fois.

J'adore l'humour anglais (particulièrement lorsqu'il est décalé ou s'il s'agit de comique de situation) mais là, j'ai vraiment eu du mal à le déceler sous cet amas de gags réchauffés.

(Pour le comique de situation, je vous conseille plutôt Gros Problème de Dave Barry, qui n'est pas anglais mais américain.)

Je ne sais pas si c'est les deux comiques sur le bandeau qui m'ont coupé l'appétit ou si j'étais dans un mauvais jour, mais voilà un livre que je n'ai pas particulièrement apprécié (vous aviez peut-être déjà remarqué !) ou alors c'est que je ne comprends pas cet humour là...

 

Gardez vos 14€ et achetez-vous un P.G. Wodehouse ou un film des Monty Python ; là vous aurez votre content d'humour anglais !...

 

Je remercie tout de même Babelio et les Éditions Intervalles et présente toutes mes excuses à l'auteur pour cette critique mais il s'agit là de mon humble avis de lectrice qui est bien loin d'être représentatif de celui de l'ensemble des lecteurs.

 

Si vous êtes tenté par la pièce de théâtre tirée de ce livre, j'ai bien l'impression que c'est de la même veine, voir ici et

 

Ma note :

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.babelio.com/images/logo.png

Publié dans Masse critique

Commenter cet article